par | 5 Juin 2024 à 10:06

Mode Adaptée : Les Défis pour les Personnes Handicapées en 2024

La mode en 2024 ignore encore largement les besoins des personnes handicapées. Malgré des initiatives de Zalando et Decathlon, trouver des vêtements adaptés reste une galère. Entre efforts timides et manque de visibilité, découvrez les défis quotidiens de ces consommateurs laissés pour compte. Une plongée dans l'injustice mode, avec un appel à plus d'inclusivité et d'efforts réels de la part des grandes marques.
Temps de lecture : 3 minutes

On en parle sans vraiment en parler : les personnes handicapées ont toujours du mal à trouver des vêtements adaptés à leurs besoins. Sérieusement, en 2024, c’est quoi cette blague ? Alors que la mode explose avec des tendances plus absurdes les unes que les autres, les personnes en fauteuil roulant ou portant des prothèses galèrent encore à trouver des fringues qui leur conviennent. Un scandale, non ?

Le mirage Zalando : La mode accessible, vraiment ?

Zalando, le géant du e-commerce, a lancé une collection « adaptée » de vêtements de sport. Sur le papier, ça a l’air génial : des joggings qui se dézippent entièrement, des t-shirts à scratchs et des fermetures éclair oversize. Mais ne vous emballez pas trop vite. Avec seulement 14 articles vendus entre 20 et 40 euros, on est loin de la révolution. C’est comme essayer de colmater une fuite avec un pansement.

« Trouver des vêtements adaptés et à la mode reste un défi pour les personnes handicapées, » qu’ils disent. Pas de blague, Sherlock. Malgré quelques initiatives louables, Zalando n’a que griffé la surface du problème. En 2022, ils ont tenté une première collection quotidienne pour les personnes handicapées, mais l’impact reste marginal. On peut au moins leur accorder une tentative, mais de là à crier victoire…

Pourquoi les marques n’en ont rien à faire

« C’est une niche, ça ne rapporte pas d’argent, » explique Virginie Sainte-Rose de Decathlon. Voilà, tout est dit. Les grandes marques sont là pour faire du cash, pas pour jouer les chevaliers blancs. Développer une collection inclusive demande du temps, de l’argent et une vision qui dépasse le profit immédiat. Malheureusement, cette vision semble manquer cruellement à l’industrie.

Decathlon fait un peu mieux avec cinquante références de vêtements pour les personnes à mobilité réduite. Conçus avec des athlètes paralympiques, ces vêtements sont un pas dans la bonne direction. Mais soyons honnêtes, ils ne sont qu’une goutte d’eau dans un océan de besoins non satisfaits.

Le quotidien, une galère perpétuelle

Les vêtements du quotidien ne sont pas mieux lotis. Jules, par exemple, propose une capsule pour hommes en partenariat avec APF France Handicap, et Kiabi travaille sur des collections spécifiques depuis 2017. Mais là encore, ces initiatives sont rares et souvent peu médiatisées. Trouver un costume confortable pour une personne en fauteuil roulant ou un manteau de pluie adapté reste une véritable mission impossible.

Philippe Berranger de LADAPT ne mâche pas ses mots : « Les personnes en situation de handicap, c’est la cinquième roue du carrosse. » Le film d’Artus, Un p’tit truc en plus, en est une illustration. Les acteurs handicapés ont peiné à trouver des maisons de couture pour les habiller pour le festival de Cannes. Pathétique, non ?

L’espoir paralympique

Peut-être que les Jeux paralympiques de Paris changeront la donne. Jean-Louis Garcia de l’Apajh espère que la visibilité des athlètes paralympiques incitera les marques à bouger. En 2022, Lacoste avait bien lancé une collection avec le nageur handisport Théo Curin, amputé des quatre membres. Mais encore une fois, c’est l’exception qui confirme la règle.

Philippe Berranger pense qu’il faut plus d’égéries. « Si demain on avait une star du paralympisme français vraiment visible, il y aurait des marques de chaussures, de vêtements qui iraient vers elle. » Espérons-le, car pour l’instant, les personnes handicapées sont les grandes oubliées de la mode.

Et maintenant ?

En attendant, les personnes en situation de handicap continueront à naviguer dans un monde qui leur tourne le dos. Ce n’est pas seulement une question de confort ou de style, mais de dignité et de reconnaissance. Les marques doivent comprendre qu’il ne s’agit pas seulement de remplir un créneau de marché, mais de respecter une partie significative de la population.

Alors, à tous les grands pontes du textile : bougez-vous. Ce n’est pas parce que ça ne rapporte pas des millions que ce n’est pas important. Faites un effort. Vous avez les moyens de faire une différence réelle dans la vie de millions de personnes. Enfilez vos grandes chaussures de capitalistes éclairés et montrez-nous ce que vous valez vraiment.

Et pour vous, chers lecteurs, la prochaine fois que vous achetez un vêtement, pensez-y. Soutenez les marques qui font un effort, aussi petit soit-il. Parce qu’au fond, c’est ça aussi, être humain : penser à l’autre, même quand c’est moins facile.

Thomas

Tom, rédacteur passionné chez ANousParis 🖋️. Je couvre toute l’actu parisienne – culture, événements, et tendances de la Ville Lumière! 🗼